Malédition 11

Je vais à la folie

 

Ô raison qui me quitte en ce grave moment

En me laissant le doute, un enfant du tourment

Veux-tu en quelques mots me dire un vrai adage

Car mon âme s’en va vers un profond naufrage ?

 

Veux-tu en peu de mots me lire un vrai discours

M’indiquer de bon cœur le chemin le plus court

De la juste sagesse à laquelle j’aspire

Car je suis dans l’erreur depuis que je respire.

 

Veux-tu que mon futur embrasse la folie

Et mes jours incertains frôlent l’anomalie ?

Je suis d’argile pure et d’une essence honnête

Qui avait pris le pli de flâner dans sa tête.

 

Je suis si l’on peut dire un sombre troubadour

Qui chante son vécu, sa plaie et ses amours,

Les refrains du printemps et les bruits de l’automne

Pourquoi t’en vas-tu donc ô ma raison aphone ?

 

Ô folie égayante aux multiples détours

Erige des repères aux allers et retours

Quand divague l’esprit, quand s’égare le rêve,

Quand je viens déguster dans un beau vers ta sève.

 

Toi, lecteur ombrageux ne croit pas aux raisons

De ce monde incompris mêlant ses horizons

Mais crois bien en ton cœur qui aime, qui tolère

Et qui pleure parfois, quand la vie est amère.

 

Abdel

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site