A la vie à la mort

A la vie à la mort.

 

La vie n’est pas toujours celle que l’on attend

Il suffit qu’un obstacle vienne encombrer la route

Pour que tout se déchire et naissent les tourments

Puis une main se tend et chasse la déroute

 

Cette main, c’était toi, je m’y suis accrochée

Retrouver la vigueur de la marche en avant

Fermant toutes les portes, j’ai comblé les tranchées

Pour vivre intensément l’indicatif présent.

 

Quand les griffes du temps, telles de vieilles harpies

Viendront  d’un long sermon signaler mon trépas

Surtout réjouis-toi, la mort est utopie

Toujours je serai là, tu entendras mon pas

 

Une voix te dira, ne pleure pas ta folle

Un jour pas si lointain, tu la retrouveras

Offre-lui un poème comme on offre une obole

Prends le train sans retour qui mène au nirvana

 

Quand enfin réunis, emportés par les vents

Nous voguerons tous deux, heureux dans les nuages

Eblouis des soleils aux doux rayons  fervents

Nous aurons à jamais l’amour en héritage.

 

Bernadette

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site