A toi de titrer ma tristesse

A toi de titrer ma tristesse

À toi de titrer ma tristesse.

 

Amie, tu chériras toujours ton poète

Si ce n’est par amour, ce serait pour ses vers

Ses mots coulants puisés par sa muse discrète

Au clair d’une lune à la source du cœur.

 

Aime bien ce vaurien gavé de mille errances

Sans chercher de raisons ! C’est une profondeur !

Une ombre qui parcourt un monde d’aberrances !

Aime le malgré tout, qu’il soit ombre ou candeur.

 

C’est ainsi, c’est écrit quelque part sur un astre.

Il t’aime, lui aussi, ton sombre troubadour,

Car sans toi, sa blancheur, il vivrait un désastre

Et ses jours ne seraient qu’un dur compte à rebours.

 

Il le sait, âme sœur ; mais parfois une angoisse

Océane lui tend ses griffes de guépard

Qu’il s’enfuit de ta vie et en vain de sa poisse. 

Puis il revient sans faute en brisant mil remparts.

 

Abdel

 

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site