Mars

Mars

 

Mars

 

Mon cœur, mon doux trésor, toi qui m’appelles Amour

Enfin ! Je peux le dire, tant le bonheur éclate

Sur mon âme en attente depuis le premier jour

De tes doux mots rimés sur des airs de cantate.

 

Quand revient le printemps dans les relents de mars

Au milieu des senteurs où renait la nature

Pour nous bien trop souvent les joies se font éparses

Comme si le Mektoub n’était que forfaitures.

 

A l’automne de ta vie, à l’hiver de la mienne

J’aimerais tellement près de toi me poser

Goûter à ta tendresse, être ta bohémienne

Et crier à tous vents combien je peux t’aimer.

 

Nos cœurs, tu le sais bien, sont unis à jamais

Et tant pis  si l’attente provoque le silence

Pensées vagabondes assurent le relais

Pour perdurer l’histoire en parfaite éloquence.

 

Lapidons ce censeur qui pourrit notre vie

Créons-nous un cocon à l’abri des méchants

Ne pensons plus à rien, buvons jusqu’à la lie

Le fabuleux nectar de l’amour combattant !

 

Nous serons les soldats heureux de la victoire

Sur  tous les mois de mars qui nous ont fait souffrir

Nos souffles mélangés chasseront les déboires

En étirant nos lèvres d’un fabuleux sourire.

 

Bernadette

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site