Elle rêvait

Elle rêvait

Assise au fond d’un stand sous un ciel en colère

Elle rêvait de soleil et de plages accueillantes

D’une claire oasis embrasée de lumière

Distillant un climat aux douceurs apaisantes

 

Dans son esprit musaient des airs d’Andalousie

Elle migrait doucement vers d’autres  latitudes

En lui citant ses vers en parfaite harmonie

Un troubadour errant faisait sa plénitude

 

Un beau soir de décembre, il était revenu

Se poser sur son cœur en attente de lui

Elle avait soupiré de bonheur contenu

Sans parler, sans un cri, elle lui avait souri

 

Dans un poème ardent il s’était libéré

De sa plume enchantée, les mots d’un cœur épris,

Avaient enfin coulé, il s’était déclaré

Il  aimait sa nordiste sans le moindre déni

 

Et quand refleurira le temps des retrouvailles

Dans ce monde, ou ailleurs, aux portes des enfers

Ils ne feront plus qu’un au cœur de la bataille

Amants intemporels, rois d’une nouvelle ère

 

Assise au fond d’un stand sans souci des averses

Elle refera le monde au bras de son poète

Et même s’il reprend les chemins de traverses

Jamais ne périra l’union des âmes en fête

 

Bernadette

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site