Etat d'âme

Etat d’âme

 

 

Tu allais revenir mais tu n’es pas venu

Dans mon cœur douloureux, bien sûr, j’y avais cru

Tu continues ta route, moi, je reste à la traîne

Comme une âme esseulée je promène ma peine.

 

L’ouragan de ma vie et ses torrents de larmes

Assombrissent mes yeux, je dois rendre les armes

Fini les rêves bleus de nos belles années

Il ne reste de ‘nous’ que des pages effacées.

 

L’ange ne viendra plus illuminer mes nuits

De tes doux mots aimés caresser mon ennui

Il ne me dira plus, je le vois, il est là

Il t’écrit en rêvant de belles qasidas.

 

Ne tue pas la magie, ne tue pas le bonheur

De deux êtres perdus dans l’enfer du malheur

Ensemble on est plus fort, on peut tout réussir

Même dans ce monde fou vouloir tout reconstruire.

 

J’y avais tellement cru et tellement rêvé

Que dans ma tête en feu je ne peux qu’éprouver

Une sorte d’aigreur nourrie par le chagrin

Des illusions perdues dans le petit matin.

 

L’étoile de nos jours clignote faiblement

Perdue dans les nuages où meurent les serments

Bientôt elle s’éteindra en laissant derrière elle

Les cendres d’une histoire qu’on avait voulue belle.

 

Bernadette

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×