La passante

La passante

 

 Elle passait par là, tout près de ma fenêtre

Je maintenais ouverts les volets et mon cœur

En relisant les mots  émotifs  d’une  lettre,

Une prose de roses embaumées de senteurs.

 

Elle passait par là en jetant un regard

Sur mon erre apparue à travers une glace.

Ses yeux verts arboraient un laser ou un dard

Et sa tenue légère accomplissait sa grâce.

 

Oh charmante passante au sourire éclatant !

                                  Viens griser mon destin  rien que par ta présence.                                       

Viens  égayer mon toit désert depuis trente ans.

Celle que je connais  accentue son absence.

 

Je cueillerai pour toi la poudre d’une étoile.

La nuit,  mes rêves fous viendront te visiter.

Ils feront un matin qu’un soleil fou dévoile

Et des rires inondant notre complicité.

 Abdel

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×