Le lien

 

Le Lien

 

Un lien fort, sûr et mûr,  je ne sais vous le dire,

C’était une aventure et une envie d’écrire

Le roman de la vie, un roman infini.

Deux êtres, deux folies, séparés mais unis !

 

Unis par une osmose que je ne peux décrire

L’aventure reviendra,  je t’en fais le serment

Et même si les roses n’avaient plus rien à dire

Je serai toujours là, crois le  bien, pour longtemps.

 

Le temps de retrouver tout ce qui était beau

Ce  printemps aux caresses des fleurs et des amandes

Quand ta main soulevait les branches sans dire un mot

J’étais, mon troubadour, la fée de ta légende.

 

Deux déments, étrangers, un homme et une femme

Des poètes incompris, à la vie à la mort

Un lien indestructible,  mais quel vaste dilemme

Perdus dans les méandres d’une histoire carnivore.

 

Ils étaient pleins d’espoir, de rimes et de folies

S’aimaient sans se le dire, mais y croyaient encore

L’autre reviendrait bien lui raconter sa vie

Quand il se pencherait un jour au mirador

 

Ne rêve pas, Nadette, il ne viendra jamais

Mais toi, l’aventureuse, sans peur et sans regret

Tu reprendras les airs, c’est sûr, aux chrysanthèmes

Pour que finisse enfin, cette absence, et après…

 

Après on sera deux, deux fous dans la mêlée

Deux imbéciles heureux sur le port de Ténès

Si je ne meurs pas, là, auprès du mausolée

Jamais mon âme impie, ne  pourra reposer .

 

Bernadette

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site