Les âmes s'ensorcellent...

Les âmes s’ensorcellent et glissent à la ronde

Quand riment les poètes avides de splendeurs

Un amour diluvien issu d’aubes fécondes,

En mille tourbillons brave les profondeurs.

 

Là-haut dans les secrets des limbes lumineux

Existe un astre clair, rayonnement sublime,

Animant de ses feux l’âme des amoureux

Confus de révéler leurs pulsions intimes.

 

Des mots d’amour anciens enrobés de douceur

Câlinent en secret la plume vagabonde

D’une folle maîtresse aspirant au bonheur,

Cadeau d’un troubadour en quête de facondes.

 

Vois-tu cette âme blanche au bout du firmament,

Suivant dans les éthers une étoile filante ?

Tremblante, elle s’accroche aux nuages cléments

Espérant à jamais devenir ton amante.

 

Au printemps, tu verras, l’orsqu’elle viendra,

Tu pourras un moment vivre ta destinée,

Entre ses bras câlins ton âme renaîtra.

Le sais-tu ? Cette folle est une âme bien née !

 

Bernadette

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site