Métaphysique

 Métaphysique  

 

Avez-vous médité par moments sur l’horloge,

Pas celle qui nous sert à fragmenter le temps

Mais, sur l’astral cadran, intrigue qui nous loge

Des ans puis nous déloge à notre ultime printemps ?

 

Etrangers sommes-nous  sur la terre des hommes

Pour quitter sans avis nos rêves, nos destins,

Parfois même nos biens, nos amours, nos royaumes

Et dans un creux finir, oubliés des matins ?

 

Méditez chers mortels, heureux mais imbéciles !

La vie aussi nous doit  le droit d’avoir vécu

Sa fin peut survenir d’un rien ou d’un bacille.

Vous pensez être forts, vous êtes des vaincus !

 

Ceci n’est guère un prêche avec des mots funèbres,

Mais un sens ajusté pour le monde vivant

S’inspirant d’un savoir acquis dans les ténèbres

Bien utile aux partants, ainsi qu’aux arrivants.

 

Ne vous étonnez point du sens de ces palabres

Car je suis parmi vous un pauvre mécréant,

Admirateur des cieux d’un œil un peu macabre

Être puis ne plus être est un deuil océan !

 

Priez sans trop de bruit et avec gratitude !

Faites de jolis vers pour la création !

Semez le vrai amour sous toutes latitudes

Et au tic-tac final, c’est l’expiration.

 

Abdel

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site