Sans titre

Sans titre

 

Je lui avais promis à la saison des neiges

Des mots faits de douceur roulant en un cortège

De vers étincelants pour astiquer ses fleurs

Et ses vagues journées atteintes de pâleur.

 

Je lui avais promis un merveilleux poème

Tissé adroitement du fil de ma bohème,

Un somptueux cadeau que veut un troubadour

Avec plaisir offrir à son terrible amour.

 

Je passerai des nuits à faire ce message,

Tout mon esprit dissout dans l’âme de la page

Où germent des versets ivres de passion,

Raffermissant d’un cran notre relation.

 

Un lien fort, sûr et mûr,  je ne sais vous le dire,

C’était une aventure et une envie d’écrire

Le roman de la vie, un roman infini.

Deux êtres, deux folies, séparés mais unis !

 

Et combien de fois, étant deux solitudes,

On avait fait des jours construits de certitudes,

Mais l’errance me prend vers des lieux inconnus,

Souvent vers les déserts, le néant et le nu.

 

Hélas, en ces moments se raréfie ma prose,

Ma muse sans raison garde sa porte close

Et je ne peux noircir la blancheur de fadeurs

Pour celle qui me doit d’agréables saveurs.

 

Abdel

 

 

 

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×