Une saison dans l'âme

Une saison dans l’âme

 

Il pleuvait sur mon toit une pluie douce et fine

Et le ciel était gris qu’il faisait presque noir.

Le matin sans clarté ressemblait tant au soir

Et l’âme sans flambeau errait dans une ruine.

 

Il pleuvait sur mon cœur des filets de chagrin

Et tout me semblait sombre, acide et monotone.

Dehors affichait bien un spectacle d’automne :

Le bois se dénudait, l’espoir semait des grains.

 

Il pleuvait sur la vie une vague tristesse

Et tout était morose et tout était blafard

La joie aurait rangé son sourire au placard

Et fuit les malheureux assoiffés d’une ivresse.

 

 

Viendra-t-il le printemps, ce fou roi des saisons

Qui fleurit la vallée et parfume les roses ?

Mais serions-nous là, indemnes de nécrose

Pour rire infiniment, à perdre la raison ?

 

    Abdel

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site