La mort d'une fraise






La mort d’une fraise.


Fraise rouge sens-tu venir ta mort prochaine?
Je t ‘arrache la queue avant de te baigner,
Je t’écrase oh! Oui et puis je t’assassine
Te couvre de semoule pour tremper ma tartine

Ou bien je te conserve entière et tu frissonnes
De peur te demandant que va-t-il m’arriver?
Te plonge avec ardeur dans le sucre qui crépite
Et te noie à jamais dans la douce chantilly

Puis, t’offre en sacrifice à mon amant chéri
Tenant délicatement ton vert pédoncule
Lui caresse les lèvres de ton beau corps charnu
Qu’il croque goulûment et pour toi c’est fini.

Tremble ma vieille rien n’ peut plus m’arrêter
Pour toi ,je n’ai plus de pitié
Je t’ai mangée hier à foison il est vrai
Et je n’ai plus depuis, cessé de me gratter


Je te garde quand même, heureusement, tu me sers
A aiguiser les faims d’un homme qui te raffole
Car je goûte ardemment à ses lèvres fruitées
Comme au fruit défendu, pour mon corps en révolte

Bernadette

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×