Alcool Fort

 

ALCOOL FORT

Une à une,
mes bouteilles se vident.
Je ne bois pas,   je me noie.
Je fais naufrage profond.

Une à une,
mes bouteilles se vident
de leur précieux liquide,
de leur blanc, de leur rouge.

Je ne les compte pas, mes bouteilles.
Elles sont innombrables.
J'en ai plein la cave
et je me sens déshydraté,
plus que vos déserts tous.

Une à une,
mes bouteilles se vident.
Je ne bois pas, je m'inonde.
Et, comme un poisson rouge,
je crée mon propre monde
en vous restituant le votre.

Je m'enivre jusqu'à l'éternité.
J'ai une soif immense, grave.
Une soif de voyager à tout hasard,
une soif d'aimer à la folie une blonde,
une soif de vivre une vie autre.

Je m'enivre sans arrêt, sans escale.
Toujours je serai cet ivrogne ivre,
le dernier de toute une chaîne
que débute le vigneron complice.

Une à une,
mes bouteilles se vident.
Quant à ma dernière,
la vieille, l'ancestrale,
celle-là,je la bois sagement.
Je la bois à petites doses
dans une oasis perdue,
pleine de silence frais,
pleine de solitude sombre.
C'est là que je ferai peut être
une méditation majeure et je partirai...

Abel

 

 

 

 

1 vote. Moyenne 0.50 sur 5.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site