Amour cosmique

Amour cosmiqueAmour cosmique

 
Amour cosmique
 
Des mots ont suffi donc à réveiller l’amour 
Assoupi dans le froid du lit des amertumes. 
D’autres ont suffi donc à sonner mon retour 
Freiné par ma folie et par d’éparses brumes. 
 
Notre rêve infini nous prend dans son envol. 
Et toi et moi, amis, deux braves solitudes, 
Ayant grimpé des monts sans atteindre le col 
Le plus haut, le plus fou, sublimes altitudes 
 
Près du voile étoilé, pas trop loin des soleils, 
Pour vivre, pour s’aimer, pour rimer l’impossible. 
La voici l’aube blanche au sortir d’un sommeil 
Portant sous son burnous un espoir extensible. 
 
Rêvons amie rêvons d’amour et de bonheur. 
Chantons aussi nos vers alentour des bohêmes 
À nos frères passants. Aimons toute blancheur 
 Rayonnante perdue dans ce monde si blême.
 
Quand nos jours s’useront, disons toujours nos mots
Dans les lieux  troubadour aux jeunesses rebelles
Pour embaumer les cœurs emportés par les flots
Des printemps amoureux. Ô pauvres demoiselles !
 
Versifions,  amie, pour  enfouir les langueurs,
L’amer quotidien qui ravage les hommes,
Et prions l’infini pour que les jours rageurs
Redeviennent gais, redeviennent poèmes.
 
 
Abdel
 
 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×