Au loin une ombre

Au loin une ombre

Une ombre au loin chemine et rien ne l'accompagne
Si ce n'est la vapeur qui monte vers l'azur
Ou par moments un chien qui rage à la campagne.
Le silence est pesant, le crépuscule pur.
L'ultime feu du jour me rend la vue confuse
Mais le cœur plus ardent, je ne sais la raison.
Au loin encore plus sombre l'ombre piétine
Et la noirceur grandit aveuglant l'horizon.
Hôte m'est tout qui vient quand le soleil décline,
J'ouvre mon cœur limpide et mon pauvre taudis.
Au loin toujours des pas, mais un voile palpite
Sous la force du vent, puis l'ombre s'éclaircit
Alentour, dans un coin, sous la lueur d'un gîte.


Venez femme chez nous on offre par plaisir,
On guérit toute plaie, on fleurit tout désir.
Nous sommes troubadours, les artisans du mythe.
Mielleux sont nos vers, nos muses sont ermites.
Nos flûtes débitent suaves mélodies.
Entrez dame, chez nous, la nuit est prosodie.
On vénère le mot qui prend sa juste taille
Et nos chants sont si doux qu'ils touchent les entrailles.

Abdel

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site