j'écris

 

 

 J'ECRIS

J'écris infiniment, j'écris
Mes états d'âme quotidiens
Pour marquer mon passage
Loin des hommes, loin des bruits
J'écris les douleurs de la vie
Les incompatibilités ; les réserves
La solitude poussée jusqu'au minéral
Le désert nu, les folies errantes

J'écris, je mets en exergue
Toute la contrariété qui s'oppose au vécu
Toute la médiocrité qui a droit de cité
Par ces temps amers qu'on vit
J'écris les amours perdus
Dans de longues absences
J'écris la raison égarée
Dans le doute injustifié

J'écris tout ce qui me passe par l'esprit
Et fait des haltes dans mon oasis rêvée
La soif des horizons qui me fuient
Mes pas lents et ma libre pensée
J'écris et ce n'est pas de la poésie
C'est du vrac, du vécu, du vrai
Des notions nocives qui tuent

J'écris infiniment j'écris
Pour dénoncer l'ordre établi
A la base du fait accompli
La hiérarchie sociale contournée
Par des hommes médiocres


J'écris infiniment, j'écris
Jusqu'aux dernières gouttes
De l'encre et de la bougie
Jusqu'à la grave pénurie
Des mots et du papier.

Abdel

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site