La folle

LA FOLLE

 

 

Le soir sombre, l’horizon confus,
Les idées noirâtres et volatiles,
Lorsqu'à ta porte viendra frapper
Une vieille traînant sa chevelure,
Ne la renie surtout pas mon frère !
C'est elle, l’amie, la folle
Née d'une colère immense.
En homme brave, luttant contre ta déprime,
Ne la renie surtout pas mon frère !
Livres-toi aux descentes infernales,
Aux profondeurs noires des abîmes.
Le monde est ainsi fait mon frère.

Les soirs sombres, les horizons perdus,
lorsque tu sens que tu déraisonnes
Et que ce monde n'est plus rien,
Confies-toi aux vapeurs de l'être,
A la source du rêve limpide,
A la plus gaie des illusions,
A la liberté des bohèmes,
Au rire interminable,

Aux mimes des singes.
Mais, ne la renie surtout pas mon frère,
Elle, la vieille, l’amie, la folle.

 

Abdel.

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site