Legs

Legs

 

Ton legs m'accable.

Il pèse lourdement

Sur mes épaules de porteur

Et, sur ma conscience.

 

Héritier malheureux de ton cercueil

Et, sinistre fossoyeur,

J'ai creusé ta tombe vague

Au fond de mon cœur,

Puis, j'ai porté le noir.

 

Ton legs m'accable

Et, chaque soir je m'attable

Avec un aimable fantôme.

Oh combien il te ressemble !

 

Ton legs m'accable

Et, pieusement je débite

Un chapelet de syllabes,

Chaque nuit, à ta mémoire

 

Abdel.

 

 

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×