Mystère marin

Mystère marin


Il faisait nuit déjà, une nuit douce et calme
Quand j'atteignis le bord des ondes apaisées.
Tout se baignait dans l'eau, et le ciel et les âmes ;
Aussi tout murmurait, veillait, dansait, luisait
Dans une immense joie; quand soudain sur la grève
Apparut une ombre étrange avançant vers les flots.
Elle marchait, elle flottait tout comme un rêve.
Mon esprit essuyait ses aveugles hublots
Des suies du noir, en vain. Mais l'ombre, silhouette
Au pas mystérieux ; sans bruit et sans élan,
Elle embrassa la mer telle une vaguelette,
Se noya longuement qu'elle habita le fond.


Et mon cœur s'alluma d'une flamme incertaine.
Mon esprit se posa d'inutiles questions :
Ombre qui étais-tu, une vie, une peine
Qui choisit du profond, l'abyssale immersion
Pour finir ses jours vains dans une ample demeure,
Ou pure vision qui me joue vilain tour ?
Ombre qui étais-tu, une dernière heure
Qui mène sa proie lasse à la fin du parcours ?
Ombre qui étais-tu, une femme, une belle
Énamourée d'un prince ancré au port lointain
D'un pays soumis aux tempêtes éternelles,
Où nul ne sait calmer la rage du destin ?
Serais-tu muse, fée, ou splendide sirène
Qui venait de rejoindre un royaume enfoui
Sous la flotte profonde où tu serais la reine.
Je t'en supplie reviens, ne gâche pas ma nuit.

 Abdel

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site