Rose

Rose

 

Rose éclose un bleu matin
Dans mon jardin clandestin
Où je cultive mes amours,
J’ai vécu ton épanouissement,
Et enduré ton flétrissement.

Pourquoi à ta tendre jeunesse,
Tes pétales refusèrent mes caresses
Et tombèrent mécontentes toutes?

Qu’il est désagréable
À l'automne funèbre
De voir une beauté flétrir !

Ô rose de mes rêveries
Ô source de ma folie
Accorde-moi un sursis
Procure-moi un salut
Faute d'amour, un oubli
Une paix éternelle
Pleine d'oubli
Rien que d'oubli.

 

Abdel

 

 

 

1 vote. Moyenne 2.00 sur 5.

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×