Terrible errance

 

 

 

 

Terrible errance.

 

 

 

Ce soir, mon cœur rêve d’une terrible errance.
Accordez-moi seigneur une de ces courtes vacances,
Magnifique séjour en mon plein Sahara,
Pays du soleil, là où il ne pleut pas.

Il parait qu’en ces lieux habite une princesse.
Roi, reine, sujets ont fui la sècheresse.
Son règne n’étant plus qu’aventures ouvertes
Et son cœur ne bat que pour les poètes.

J’atterris sur une splendide oasis verte
D'une muraille dunes dorées enceinte,
Lis sur le sable des traces encore fraîches
Pour décoder l’endroit où ma belle crèche.

Ô combien mon cœur a soif poétesse.

Dans ta bouche, sa liqueur, princesse

Je dépose mon âme sur le lit de ton charme
Mon esprit dans la profondeur de ton calme
Et je plie mon squelette sur la dune
Souveraine d’un royaume en ruines !

Ô combien ces temps derniers je galère
Muse, aimes-moi à féconder le désert.
Mes rêves fous, je les façonne nuages
Je fertiliserai le sol de mes mirages

 

Abdel.

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×