Visions apocapyptiques

 

VISIONS APOCALYPTIQUES

 

Les clairons ont sonné, hélas, c'est l'heure fatale
Où le monde vivant redevient minéral.
Une lourde lenteur qu'emplissent des mystères
Emprisonne la vie, étrange atmosphère.

Incertain est demain, c'est la fin, pauvre humain
En ce grand moment s'accomplit ton destin.
Finit notre aventure et cessent nos élans,
Le bon dieu nous appelle, c'est l'heure du bilan.

Soudain tremble la terre en secousses terribles
Le sol se craquelle sous des forces invisibles
Et s'affaissent les monts en amas de pierrailles.
Ne sont plus nos cités que gravas et ferrailles.

 


Un fleuve de magma progresse implacable.
Alentour est déjà un enfer impensable.
Où, l'on voit s'élever jusqu'au ciel des flammes.
S'éclaire alors la nuit et le ténèbre s'enflamme.

Des vents acharnés d'une ultime tempête
Soulèvent les cendres des natures ardentes
Et attisent le feu comme un soufflet géant.
Peu à peu sur terre s'installe le néant.

 

Abdel



Un bruissement céleste ou un signal peut-être
Et le ciel s'entrouvre nous faisant apparaître
Le royaume des dieux, un univers immense
D'une rose lumière, de fleurs et d'herbes denses

 

Une grande cité érigée dans l'espace
Semble gérer le monde à si longues distances.
Un va et vient de saints, d'apôtres, de prophètes
Mobilisés ce jour pour la terre défunte.

Au centre du royaume, un trône suspendu
Une cour céleste où dieu est attendu
Pour décréter les lois du jugement dernier.
Une foule noire est déjà aux paliers.

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site