Auto dérision

 

 

 

 

 

Autodérision

 

 

 

Quand on m’appelle la « mamie »

Dans ma tête cogne la révolte

Sans le faire exprès, je frétille

D’un tremblement à cent mille volts

Y’a rien à faire, je ne peux pas

Assumer tous les changements

Sans râler avec grands fracas

Et dire à tous ces jeunes gens

T’as vu c’qu’elle te dit la mamie ?

 

 

 

Mes yeux verts lancent des éclairs

Et si c’étaient des révolvers

Sans leur donner de sommations

Je les descendrais pour de bon

Sais bien que je n’ai plus vingt ans

Mais dans ma tête souffle le vent

D’encore et de toujours y croire

Je fais tout pour pas que ça foire

T’as vu c’qu’elle en pense la mamie ?

 

 

La vie est tellement mal faite

Qu’on n'est pas toujours à la fête

Et à partir d’un certain âge

Une petite moustache pas trop sage

Pousse rien que pour nous embêter

On est obligée d’arracher

Ces petits poils d’un noir brillant

Ou nos cheveux couleur argent

T’as vu tout c’qu’elle fait la mamie ?

 

 

 

Et puis la fesse qui ramollit

Les seins qui ne sont plus hardis

La première joue les marchmalos

Et les deux autres les portemanteaux

Les guibolles en guidon d’vélo

Et nos vieux pieds tout remplis d’eau

Les tâches brunes clous de cercueil

On a vraiment l’air d’une vieille feuille

T’as vu comme elle est la mamie ?

 

 

Mais ça, c’est quand j’aurai cent ans

Avec un Wonderbra gonflant

De beaux bas de maintien en tulle

Un peu de crème anti-ridules

De la cire pour les frisottis

Puis du noir sur ma mise en plis

Sur les yeux une couleur de ciel

Et un petit peu de rimmel

T’as vu comme elle sera la mamie ?

 

 

Le ravalement est terminé

J’suis une nana à tout casser

C’est vrai, j’ai encore de beaux restes

Je serai toujours une vraie peste

J’nai pas fini d’vous faire baver

Et sûrement pas de me moquer

De tous ces cons qui s’extasient

Car devant ma mine réjouie

Ils n’osent plus m’appeler mamie !

 

 

Bernadette

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires (2)

1. L'homo sapiens 12/10/2010

Il est vrai que les mots, source de tracas, causent à ceux / celles qui les profèrent d'horribles maux.

Qui tournez-vous en dérision Bernadette?

2. la joie 12/04/2007

c'est vrai t'as de beaux restes c'est dommage que t'as gardé ton gros cul

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site