Bordel!

Bordel !

 

Bordel ! Que j’en ai marre

De tous ces gens abjects

Qui s’octroient le droit

De décider de tout

De juger sans vergogne

Les gens pas très heureux

En pensant simplement

Oui, quand on veut on peut

Mais que savent-ils donc

Ces heureux de naissance

De la vie et des choix ?

 

Que parfois pour survivre

Dans sa tête et son cœur

On est bien obligé

D’enfreindre quelques lois

Pour la femme adultère

Ou le pauvre drogué

Et même pour les gays

Ou les enfants d’ailleurs

Qui culpabilisent déjà

Rien qu’en se regardant

Dans le miroir fêlé

De leur vie déchirée

 

Vous les gens bien pensant

Je vous en veux a mort

Occupez-vous de vous

Et pensez que peut-être

Viendra le triste jour

Ou votre vie nantie

Eclatera d’un coup

Sans donner de semonce

Alors vous tomberez

En plein dans le décor

De tous ces pauvres gens

Par vous tant dénigrés

Vous n’êtes pas des battants

Car habitude oblige

Mais surprise de taille

Au fond de votre angoisse

                                           Ce sera peut-être eux

Qui vous tendront la main

 

Bernadette

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×