Céder la place

 

Céder la place

 

On pense à tort un beau jour découvrir

Un troubadour prêt à nous accepter

Et de ses mots que l’on voudrait cueillir

Faire un bouquet qui ne pourrait faner

 

Pour que toujours se conserve l’ivresse

De ces moments chargés de pur bonheur

Garder en soi les instants d’allégresse

Ancrés profond au fond d’un pauvre cœur

 

Hélas, parfois la vie est ainsi faite

Sans préavis, on vous tourne le dos

Et vous restez, sans voix et un peu bête

A ruminer de pauvres trémolos

 

Tout est parti comme arrive l’orage

Sans prévenir et surtout sans raison

Il vaudrait mieux d’un coup tourner la page

Taper du pied dans le diapason

 

Céder la place quand sonne le trépas

D’un amour fou obligé d’avorter

Dans le sentier toujours en contrebas

D’un destin mort qui ne veut pas aimer

 

Bernadette

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site