J'y penserai toujours

J'y penserai toujours

 

J’y penserai toujours

 

 

 

Caressant de mes doigts  les touches du clavier

 

Les mots affluent en moi en paquets de tendresse

 

Trop longtemps refoulée, elle allait s’anémier

 

Puis tu es revenu, au diable la détresse

 

 

 

J’ai envie de chanter, de crier, de danser

 

Sur des airs andalous au son d’un tambourin

 

Dans des habits de soie, pouvoir me déhancher

 

T’affoler de mes gestes  en voltige de  mains

 

 

 

Sur les dunes de Ténès m’allonger au soleil

 

Juste à tes côtés redessiner la vie

 

Vers tes lèvres boudeuses, tendre un biscuit au miel

 

Penser  qu’on a  vingt ans, quelle douce utopie

 

 

Pourtant, je nous revois, là-bas au bord du lac

 

J’étais une déesse et toi mon troubadour

 

Je me laissais bercer, moment paradisiaque

 

On était seuls au monde, j’y penserai toujours

 

 

 

Et qu’importe notre âge, qu’importent les saisons

 

Un fabuleux destin a uni pour toujours

 

Deux êtres au cœur blessé, c’est pourquoi nous devons

 

Pérenniser l’histoire de nos mots de velours.

Bernadette

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site