Le coeur vide

 

Le cœur vide

 

 

Quand on a le cœur vide et que tombe la nuit.

Dehors le ciel est gris et on crève d’ennui.

Nos yeux n’ont plus envie de regarder là-haut

On se fiche des étoiles, morne la galaxie

Qu’importe si le soleil fait l’amour à la lune

Si le rêve est parti sans attendre à demain

On est d’humeur morose, même pas un sourire

Ne s’accroche à nos lèvres que l’on embrasse plus

Monologue sournois dans le poids du silence

D’une vie sans chaleur où tout se désagrège

"Faut pas te tracasser, c’est beaucoup mieux comme ça"

Disent les imbéciles qui ne comprennent pas

Que même si ça fait mal d’aimer à sens unique

Au moins on n'est pas mort, on s’accroche à la vie

Une vie où peut-être un jour refleurira

Le bonheur en partage, l’amour tant attendu

Avoir besoin d’aimer, d’aimer à en mourir

Murmurer des mots doux enrobés de tendresse

Les crier dans le vent jusqu’à en perdre haleine

Espérant qu’au lointain l’écho rebondira

Pour nous les renvoyer encore plus chauds peut-être

Ce gros pincement au cœur, cette folle brûlure

Engendrée par la foudre de l’orage qui gronde

Dans le lit des désirs plus jamais assouvis

N’apporte pas la joie d’un amour partagé

Mais génère l’espoir d’un jour recommencer

A se sentir aimée, cajolée, désirée

Il y aura peut-être quelque part une épaule

Qui voudra bien de moi pour y poser ma tête

Car rien qu’à la pensée de me sentir bercée

Dehors le soleil luit, pourtant, il fait tout gris.

 

 

Bernadette

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×