Légendes

Légendes

 

 

Je vous le dis sans me vanter

Le quartier dans lequel je vis

Est bien le plus beau de la ville

Les ruines de son vieux château

Sont là comme pour nous protéger

Et quand les soirs de pleine lune

Tout nimbé de cette lumière pâle

Je le regarde attentivement

J’y vois plein de choses qui s’animent

 

Déjà mon vieux fantôme Prosper

Qui monte la garde depuis le jour

Où, oh ! Joie je l’ai découvert

Et que je salue tendrement

Puis là-bas dans un renfoncement

J’ai aperçu, une drôle de forme

Comme une femme et son enfant

Qu’elle serre bien fort contre son coeur

Comme si on allait lui voler

C’est peut-être aussi un fantôme

Car si on en croit la légende

Au temps du seigneur de ces lieux

Il fit jeter un couple maudit

Dans le grand puits sous les noyers

Punissant ainsi adultère

Et fruit d’un amour défendu

 

Des bruits aussi parfois surgissent

On dirait les gémissements

De toutes ces personnes qui périrent

Quand survint peste et choléra

Alors la brave dame du château

Fit conduire en pèlerinage

Tous les malades du canton

A une vierge miraculeuse

Qui guérit tout sans exception

Aussi maintenant tous les ans

Les pèlerins s’en vont à pieds

Faire leur offrande et communier

 

Moi, je n’y suis jamais allée

Je n’entretiens pas le malheur

Je préfère de beaucoup penser

Que ça n’a jamais existé

Que tout cela n’est que légende

Et puis qu’au lieu de vénérer

Ce qui se fit par le passé

Ils feraient mieux de s’entraider

A faire vivre tous les malheureux

Qui cohabite sur cette terre

 

Tiens, j’entends du bruit, mais c’est quoi ?

C’est juste deux cars d’étudiants

Qui rentrent de leur excursion

Ils font un ramdam pas possible

Mais tout cela n’est pas bien grave

C’est qu’ils n’ont pas eu d’accident.

 

 

Bernadette

 

 

 

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site