Porter le deuil

Le deuil

 

 

 

Jamais je n’oublierai ces trois ans de bonheur

Et je me souviendrai des 6 mois de tristesse

Quand tu m’as reniée me plongeant dans l’horreur

D’un silence torture, effaçant toute liesse

 

Les illusions perdues de mon cœur malmené

Qui ne demandait rien qu’un peu de ta tendresse

Ont cassé le ressort qui me faisait rêver

Evinçant de mon ciel la  joie et l’allégresse

 

Depuis, jour après jour, je sombre dans le noir

De la désolation, je vis comme un fantôme

J’ai perdu mes repaires, minable désespoir

Nourrit de l’intérieur, un terrible sarcome

 

L’an nouveau arrivé n’annonce rien de bon

Qu’importe l’avenir, s’il faut le vivre seule

Avec pour seule envie d’en finir pour de bon

Plus rien n’a d’importance, je dois porter le deuil.

Bernadette

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site