si un jour tu m'imaginais

Si un jour tu m’imaginais

Comme tu voudrais que je sois

Muette, inodore, invisible

Sans rêve et sans aucun souhait

 

Une morte que tu aurais aimée

Une morte dont tu te souviendrais

Te rappelant les jours radieux

Quand heureuse elle te sublimait

 

En cherchant bien dans ta mémoire

Tu entendrais mes rires joyeux

Ou mes silences un peu teigneux

Fantômes d’une passé révolu

 

Tu trouverais enfin la paix

Peut-être que je te manquerais

Comme tu me manques sans arrêt

Au point de ne penser qu’à toi

 

Mais tu n’en a plus rien à faire

De la folle aux idées bizarres

Qui depuis un an souffre et crève

De ton subit  désistement

 

Pourquoi donc camoufler l’histoire

Si belle qui nous rendait uniques

Je suis redevenue personne

Puisque sans toi je ne suis rien.

 

Moi l'invincible, la forte en gueule

Je m'emprisonne dans la peine

Que ton silence-mystère, génère

Sans un début d'explication

 

Je préférerais des insultes

Des mots aussi durs que des coups

Que ce marécage imbécile

Où je m'enfonce de plus en plus

 

 

Rien ne t’atteint venant de moi

Tu m’as effacée de la carte

Jeté tous mes rêves aux ordures

Fermé ta porte, quelle torture !

 

Pourtant dans un coin de mon cœur

Résiste une petite étoile

Elle ne saurait pas t’oublier

Juste pleurer et espérer

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site