T'as de beaux yeux tu sais

 

 

  

 

 

 T’as de beaux yeux, tu sais !

 

 

Tu parles, tous gonflés et bouffis

Aussi, après mon régime d’enfer

J’ai pensé qu’en enlevant la peau

Qui me sert de paupières

Je perdrais encore bien

Sûrement deux, trois cents grammes

Que mes yeux qui naguère

Etaient assez jolis

Reprendraient jolie forme

Genre bel œil de biche

D’un beau vert brun doré

Et qu’en perdant encore

Un autre de mes complexes

Je gagnerais dix ans

 

Pour garder contenance

J’ai dit en rigolant

Que cette peau si fine

Pourrait servir d’hymen

A toutes les jeunes filles

Qui crient haut et fort

Oui, nous sommes encore vierges

Ou refaire un bonnet

Aux Popol circoncis

Faisant d’une pierre deux coups

J’ai trouvé le moyen

De les tenir à l’œil

 

Alors je suis allée

Vite chez le chirurgien

Qui m’a dit là, c’est sûr

Il faut faire quelque chose

Il m’a photographiée

Yeux ouverts, yeux fermés

Puis devant un miroir

Il m’a montré comment

Je serais dans deux mois

En disant l’air comblé

On dirait des tentures

Et moi j’ai répondu

Pas grave on s’organise

Ce sont mes cils bien sûr

Qui leur servent d’embrases

 

Deux centimètres et demi

De peau à enlever

Ne plus être obligée

De hausser les sourcils

Pour tenter d’y voir clair

Ca me donne toujours

Un air un peu sévère

Me sculptant bien profond

Les rides du lion

 

Alors quand en blaguant

Je lui ai raconté

Pour l’hymen des filles

Et le Popol chéri

Il est parti d’un rire

Enorme et réjouit

En disant, chère madame

Vous venez d’inventer

Un nouveau don d’organe

Car une peau aussi douce

Que celle de vos paupières

On n’en trouvera jamais

C’est moi qui vous le dis

 

 

Bernadette

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site