Amours défuntes

 

 

 

AMOURS DEFUNTES

 

 

Est venue ce matin une si vieille amie
Je ne sais de quelle frontière de l’oubli
En mon cœur éveiller de si vieux sentiments
Des amours défuntes drapées de compliments.

Des blessures du front où j’ai livré batailles
Sans poudre, sans épées, sans tonnerre, sans bruit
Aussi sans ennemis. Ô pénibles retrouvailles !
De mon coeur maquisard je m’arme aujourd’hui.

C’était la guerre d’aimer, des conflits intérieurs
Où l’être se déchire de cette folie victime
Des vagues de chagrin noyautant le bonheur
Des élans mystérieux enjambant l’amertume.

Je revois en ses yeux défiler mon passé
D’étranges silhouettes, des cœurs amoureux
Quelques printemps éteints en des moments blessés
Des passages à vide, des instants heureux.

Toujours je me souviens du soir de son départ
Amer était ce quai et triste cette gare
Insensibles wagons qui broyaient mon âme
Saurais-je oublier la genèse de sa flamme ?

Leila est revenue de ces pays lointains
Son charme épuisé et son pas incertain
Avec l’épreuve du temps saurais-je l’aimer encore
Saurais-je en son cœur une rose faire éclore ?

 

 

Abdel.

 

 

1 vote. Moyenne 3.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×