Leila

Leila

Leila, tu me rappelles
Mes seize ans rebelles
Les hauteurs de Miliana
La rue des platanes
La fraîcheur des terrasses
Où l’on s’est rencontré
Un jour chanceux.
Tu avais un âge tendre
Et tu aimais les chansons.
Vois-tu, je me souviens.

De là haut, l’on observait
La plaine, l’immense étendue
La saison des roses gaies.
J’étais l’étranger de ton cœur
Tu étais ma fée, ma fée rêvée.

C’était hier, il y a vingt ans.
As-tu gardé ton charme Leila
Ou l'as-tu cédé à l’âge hideux,
L’âge qui éteint la vie,
L’âge qui déteint les visages ?

A chaque passage par la nationale
Je jette un triste regard
Sur le massif boisé,
Je crois entendre : Leila !
Je crie : Leila ! Et l’écho répond Leila !
C’était hier, il y a vingt ans, c’était Leila

Abdel

 

 

 

 

 

 

4 votes. Moyenne 2.75 sur 5.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site