Mon hirondelle est revenue

      

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mon hirondelle est revenue

 

 

Te voilà revenue de si loin hirondelle

M’annoncer le printemps, bruissement des amours.

Mais un  jardin flétrit dans mon cœur citadelle

Comme Leila, hélas, n’est toujours pas de retour.

                                                                                                                      

Ainsi donc tu reviens par ce jour monotone

Te nicher sur mon toit teinté de solitudes,

Traversant des pays où sévit l’âpre automne

Pour fuir l’hiver prochain sous d’autres latitudes.

 

Ah si tu sais ma vie cher oiseau migrateur,

Tu irais au désert hurler mille Leila

À en crever l’oreille au silence rongeur

Qui sape ma raison et mon être si las.

 

Leila m’avait aimé, elle était ma muse

Et, pour elle j’écrivais les mots de ma folie.

 Notre gaie passion a pris la voie confuse

 Qui mène aux océans de  la mélancolie.

 

Elle est partie un jour comme toi hirondelle

Vers la  terre sans nom où elle est inconnue.

Mon attente vieillit et mon amour l’appelle.

Saurais-je un jour mon Dieu ce qu’elle est devenue.

 

Amie, si tu savais la lourdeur de ma peine,

Tu iras toi aussi à cet espace maudit

Défaire mon destin et retrouver ma reine

Car sans Leila l’amour  me serait interdit.

 

Abdel

 

3 votes. Moyenne 3.00 sur 5.

Commentaires (1)

1. Aralf (site web) 19/10/2010

Un superbe poème à l'amour et à la nature...

Mais ce site est si riche; combien me faudra t-il de jours pour tout explorer !

Amitiés à tous deux
Aralf
http://les-jardins-d-aralf.over-blog.fr/

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site