Mon hirondelle

 

 

Mon hirondelle.

Par la route du ciel que tu dois bien connaître,
Vas-t-en pauvre hirondelle au pays du printemps
Retrouver ton amour, un amour qui t'attend ;
Et loin du froid, de moi, dans un bonheur renaître.

L'automne morne avance à un pas de géant
Et mon soleil est mort noyé dans mes ténèbres.
Vas-t-en pauvre hirondelle à cette heure funèbre
Et laisse-moi seul vivre au fond de ton néant.

Je t'aimerai de loin car tu seras ma déesse
Et te prierai les matins d'une pieuse façon
En lisant un verset fait d'amour et d'ivresse,
Un refrain que j'ajoute à nos tendres chansons.

Le vent t'emportera ô terrible hirondelle
Là-bas, sans moi, parmi, roses, lis et lilas
Mon cœur palpitera au rythme de tes ailes
Brune hirondelle qui me rappelle Leila.

 

Abdel

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×